La Cité Plantagenêt

La cité Plantagenêt

La cité Plantagenêt

Depuis plus de 5 000 ans, le menhir dit de « la Pierre Saint-Julien », appuyé de nos jours contre la cathédrale, veille sur la destinée de la ville du Mans.

L’oppidum gaulois a laissé place à la ville romaine dont l’enceinte est le seul élément de la parure monumentale qui marque aujourd’hui encore le paysage urbain. Ce mur est, avec ceux des capitales impériales de Rome et de Constantinople, le mieux conservé de tout l’Empire romain. La couleur dominante de ses somptueux décors, où alternent des successions de frises géométriques, est à l’origine du qualificatif de « ville rouge » donné au Mans.

Cette muraille enserre un enchevêtrement de rues et de ruelles bordées de plus d’une centaine de maisons à pans de bois en couleurs et de nombreux hôtels de la Renaissance, qui montent à l’assaut de la colline dominée par la cathédrale Saint-Julien (XIe-XIVe siècles). C’est un ensemble majeur de l’architecture religieuse occidentale, loué par Rodin comme par Renan. Ses différents styles (roman, gothique Plantagenêt et gothique d’Ile-de-France) trouvent ici leur cohérence dans une fusion de roussard, de calcaire et de verre. Son riche mobilier (vitraux, fresques, sculptures en terre cuite de l’école mancelle…) en fait un musée vivant d’art sacré.

La cathédrale, avec son grand rival de pierre, le palais des comtes du Maine et des rois Plantagenêt, garde le souvenir des évènements familiaux des deux dynasties royales dont Le Mans est le berceau : les Plantagenêts d’Angleterre et les Valois de France.

Ville d’art et d’histoire, la Cité Plantagenêt est candidate au patrimoine mondial de l’Unesco.

Remerciements à la Société N°7 (Corinne et Eric Langlois) pour les vidéos.